12-01-01-Gd Moulin- Battou-Meule Cuvette

LES 3 MOULINS

Les 3 moulins de Francheville

12-01-01-Gd Moulin-Plan CassiniDescendant l’Yzeron au XVème siècle, on trouvait 3 moulins :

Le Moulin Brochail (aujourd’hui Grand Moulin) sur Yzeron, le Moulin de Maître Porte (aujourd’hui Moulin Du Got), et le Moulin de Bames dont il ne reste que quelques rares vestiges et dont on ignore la date de disparition.

 Les 2 premiers moulins figurent sur une des cartes de Cassini du XVIIIème siècle (reproduite ci-dessus). Le troisième, probablement disparu avant l’établissement de ces cartes, n’y figure pas.

Grand Moulin sur Yzeron12-01-01-Gd Moulin-Etang de la Tourette

Etang de la Tourette », Grand Moulin et son Battou, (d’après carte postale)

Les « Riches Heures » de Grand Moulin (quelques dates clés)

1450 (Charles VII) : Des 3 moulins situés sur la paroisse Franca Villa[1] (A.D.R., 10G 1491/5), le moulin appelé BROCHAIL, le plus en amont, et le moulin dit aujourd’hui du Gôt appartenaient au tènement de « VAILLABERT » acheté par Maître PORTE en 1450.

 1890 : François Ville est seul propriétaire du moulin.

1902 : Alexandrine Louise Ville épouse Louis Thevenin originaire de Bresnay dans l’Allier, et connu en garnison au Fort du Bruissin. Ils développent la ferme auberge.

1991 : Louis Thévenin vend la majeure partie du domaine à Messieurs Pardin et Ferry, Entrepreneurs – Promoteurs, pour installation de logements.

1993 : Le 29 Janvier, après annulation du permis de construire délivré par la Mairie de Francheville, la Courly achète le domaine.

1996 : La Courly (Grand Lyon) projette d’y installer un Centre d’Initiation à la nature pour la sauvegarde du site.

1998 : Environnement. Une Clinique des Oiseaux y  a accueilli des oiseaux jusqu’en 2011 , le « déménagement » ayant eu lieu en 2012 à Saint Forgeux, près de Tarare.12-01-01-Gd Moulin

 Grand Moulin après réhabilitation (1ère tranche (2000)

2003 : La deuxième tranche du Projet, réhabilitation des Bâtiments du Moulin à Blé et du Pressoir est votée par la COURLY.

La vie à Grand Moulin au début du XXème siècle

 On ne connaît pas exactement la date d’arrêt du fonctionnement du moulin. On peut raisonnablement penser que c‘est vers 1905, date à laquelle un impôt sur les moulins a conduit à l’arrêt et au démontage de nombreuses installations. Après cette date, les propriétaires occupent les bâtiments à des fins agricoles :

  • cheptel composé de 10 à 15 vaches, 1 paire de bœufs, 1 âne, des cochons, quelques chèvres et une basse-cour     –   grand jardin potager.
  •  culture du blé, du seigle, de l’avoine, du maïs et de la vigne

12-01-01-Gd Moulin- CP47Le Grand Moulin connaissait une grande activité le dimanche après-midi pour les promeneurs qui arrivaient par la compagnie des Omnibus et Tramways de Lyon, de Lyon à Vaugneray, attirés par la beauté et la qualité du site. C’était aussi le rendez-vous des chasseurs et des pêcheurs qui s’y restauraient. Les produits de la ferme étaient servis aux tables et bancs installés le matin dans la cour. On pouvait se faire servir des omelettes, du saucisson, du fromage blanc et du vin du cru (on a la certitude que 2 pressoirs à vendange ont été utilisés successivement ; quelques vestiges tels que des cerceaux métalliques subsistent encore dans le bâtiment actuel du moulin).

12-01-01-Gd Moulin-la ferme1-CPDe gauche à droite, on distingue le jeu de boules, 3 visiteuses, une dame servant à boire à un client, une fillette, 2 hommes de la ferme

Environ 80 clients se succédaient entre 15h et 17h, 5 à 6 personnes étaient assignées au service, Il n’y avait pas de musique mais on jouait aux boules. Pour pêcher dans l’étang (parfois dit « de la Tourette »), il suffisait d’entretenir de bons rapports avec les propriétaires.

C’est en 1945 seulement que la brouette et l’homme furent remplacés par un âne pour monter chaque jour 2 bidons de lait à la Tourette. Le chemin de Grand Moulin ne fut goudronné que plus tard. Les bœufs étaient souvent mis à contribution pour sortir les voitures embourbées, suivant les usages de convivialité et de solidarité fréquents à cette époque.

 Moulin du Gôt

Le Moulin du Gôt appartenant, comme le Grand Moulin, au tènement « Vaillabert » (aujourd’hui « La Pateliere) a été acheté en 1450 par Maître Porte, bourgeois de Lyon.

12-01-02-moulin du GôtDes traces de son bief d’alimentation (parois en pierre) ont été relevées, près de la retenue d’eau, à 700 m. en amont du moulin. Ce bief aurait pu servir à certaines époques de canal d’irrigation de terrains de culture comme en témoigne la chambre de vannes située en bordure de la route à 200 m. environ du Moulin, là où le bief traversait le chemin du Gôt.

Le moulin en 2004

 Or, l’utilisation de l’eau de la rivière pour l’irrigation était interdite par le « Droit d’eau » concédé au Moulin. La preuve en est donnée par le procès intenté à Maître Porte, propriétaire du Grand Moulin et du Moulin du Gôt, par la veuve du sieur Jean de Basmes « au fait qu’ils privassent d’eau son moulin » situé en aval (moulin de Bames).

A ce jour nous n’avons recueilli que très peu d’informations fiables concernant l’histoire du Moulin du Gôt, de ses occupants et de leur activité, au fil des siècles.

12-01-02-moulin du Gôt-plan parcellaire(avant 1962)Le plan ci-contre précise la géométrie du bâtiment  que nous avons relevée en juillet 2004. L’extrait cadastral  antérieur à 1962, montre clairement les parcelles : « 603, moulin – 604 et 605, maison et jardin du meunier – 606, occupée par le canal (bief) – le passage à gué de la route Francheville/Craponne ».

Ce n’est que fin Septembre 1962 (réunion Conseil Municipal le 28/09/62) que la construction d’un pont sur l’Yzeron fut approuvée (achèvement en Juin 1963). La parcelle 603,  propriété de la S.C.I. Roussille depuis 1968, a abrité pendant quelques années une fabrique de pierres à briquets créée en 1946 et détruite par un incendie.

Le couronnement de la levée se situe à la cote (210,00) le moulin se situant à la cote (205,00). La hauteur de chute d’eau devait être supérieure à 4,00 m.

La création de grandes ouvertures en façade et l’ incendie qui a laissé des traces encore visibles ont certainement modifié l’aspect du bâtiment d’origine.

Le Moulin du Gôt aurait cessé son activité vers 1916. L’un des derniers meuniers, Jules Lecher Piron, fournissait la farine aux boulangers de Francheville le Haut et livrait les sacs de farine, sur son dos et à pied, à la boulangerie de Francheville le Haut.

Moulin de Bames

Des bâtiments de ce moulin, aucun vestige péremptoire ne subsiste et ne permet de préciser leur situation exacte. 12-01-03-moulin de Bames9-Extrait cadastral 2004 annotéNéanmoins, à une centaine de mètres en amont du viaduc du chemin de fer, on remarque quelques pans de murs anciens ainsi que d’anciennes fondations. Ces éléments permettent de penser à une zone habitée sur la rive gauche, celle du moulin.

Une réflexion sur “ LES 3 MOULINS ”

  1. Bonjour,
    Serait-il possible d’avoir une copie de la carte postale de la « Ferme des Grands Moulins » avec l’autorisation de la mettre en ligne sur notre site ?
    Bien amicalement,
    F. Gavanier
    Site « Maisons Paysannes du Rhône »

Répondre à Gavanier Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>