Archives pour la catégorie Fortifications

FORT DU BRUISSIN

8 mai 2010 – Photo Regards du Ciel (J.-Ph. Restoy)

Du 14 au 18ème siècles, la défense d’un Lyon en pleine extension comporte plusieurs enceintes reliées par des dispositifs parfois sommaires tels que chaînes relayées par des barques, ponts fortifiés (Pont de la Guillotière), bastions isolés, redoutes, ou autres ouvrages … La première ceinture, implantée à 2,5 Km environ à l’extérieur de la ligne de défense préexistante, est construite en 1830 par le Général Hubert Rohault de Fleury (1779-1866. Elle comporte 15 forts et 3 lunettes.

D’une longueur de 65 Kms, elle comporte 18 forts et 6 batteries construits en 16 ans de 1876 à 1893.

Le Fort du Bruissin est achevé en 1881 (date inscrite au fronton surmontant l’entrée). Il disposait d’une puissance de feu de 33 canons, dont 6 d’artillerie lourde positionnées sur le cavalier  (point culminant) et pouvait accueillir une garnison de près de 300 hommes.

CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES: Sur un terrain de 170 000 m2 acquis par l’armée en 1878, au point culminant de la commune (310,00m), l’ensemble défensif du Bruissin comportait :

Le Fort proprement dit entouré d’un fossé sec d’une longueur développée de 1000m environ.

Une batterie sud (orientée vers Chaponost) protégeant le flanc Une batterie Nord, commandant la vallée de l’ Yzeron, acquise de l’armée dans la seconde moitié du 20ème siècle.

La commune de Francheville acquiert le Fort du Bruissin en 1979, décide en 1988 une opération « phare » afin de faire connaître le site (réhabilitation « lourde » du bâtiment d’entrée).

 Fort du Bruissin-Plan de repérage remanié (conservé)          Le Fort du Bruissin comporte 4 faces en ligne brisée. Les 4 faces sont cernées par un fossé de largeur variable (12 à 14 mètres) et de 6 à 8 mètres Le bâtiment d’entrée, auquel on accède par une passerelle métallique franchissant le fossé de gorge élargi, occupe une surface au sol de 325 m2. Le casernement occupe une surface totale au sol de 2700 m2. Le Fort du Bruissin ne fut jamais mis à l’épreuve d’une invasion. Pendant la première guerre mondiale l’armée utilisera ce bâtiment comme dépôt de munitions. Les troupes d’occupation allemandes l’occupèrent à la fin de la seconde guerre mondiale et bétonnèrent les 2ème et 3ème chambres à partir de l’extrémité Sud sur toute la hauteur du 1er étage.
 03-02-Bruissin02-tunnel sous parados-(2004)  03-02-Bruissin20-caponnière à 3 angles de tir
Tunnel sous  parados : A droite, portail de la galerie d’accès à la caponnière double

Caponnière à 3 angles de tir

(à gauche, au fond et à droite)

 03-02-Bruissin24-meurtrières haute et basses-(2011-04-29)  03-02-Bruissin25-Poudrière nord
Meurtrières haute et basse de tir au fusil  Poudrières Nord et Sud (capacité de 40 à 50 tonnes

Ces locaux, destinés à stocker la poudre noire (et non les munitions) sont implantés aux extrémités Nord et Sud du casernement. Le danger d’explosion justifie cet éloignement de la partie habitée du casernement (20 mètres minimum). La conservation de la poudre exige une ventilation permanente pour éviter toute trace d’humidité dans l’air, l’absence de tout matériau susceptible de produire des étincelles, un éclairage artificiel et un accès protégé par un sas de 12 m2 permettant le stockage et la manipulation de petits matériels d’exploitation. Le sol est constitué par un plancher en chêne de forte épaisseur (conservé dans la poudrière sud), assemblé par clous en bronze comme toutes les serrureries des portes de sas en panneaux de chêne de 10cm d’épaisseur (alliage qui a la propriété de ne jamais produire d’étincelles).

LE FORT EN CHIFFRES -

Surface du terrain acquis par l’armée (1878) pour la construction du Fort 17 ha
Surface du terrain acquis par la Municipalité en 1979 10 ha
Déblais extraits des fossés (pioches, pelles, brouettes) 57000 m3
 Volume (en m3) de maçonnerie pierre et béton 25 000 m3

MISE EN VALEUR DU FORT DU BRUISSIN – En 1981, la ville de Francheville achète le site du Fort du Bruissin alors mis en vente par l’Etat (Ministère des Armées), et décide de réhabiliter le lieu. Dans un premier temps (en 1988) , le Corps de Garde est aménagé afin d’y accueillir un espace d’accueil et un logement de gardien.

La rénovation des bâtiments est menée conjointement à la mise en  valeur  des espaces naturels extérieurs. Selon l’architecte responsable de la restauration,       » l’ensemble des bâtiments composant le Fort et des espaces extérieurs doivent être accessibles au public, afin que celui-ci puisse découvrir le plus librement possible la richesse du lieu, tant au niveau historique, patrimonial qu’environnemental ».

 03-02-Bruissin01-(1908-08  03-02-Bruissin01-(1988)a
 Le Fort en 1908 La restauration du Fort en 1988

Le vieux Château

 Vieux château-dessin  (1883-08-14) pf
 Le château vu du vieux pont – 14 août 1883 – collection particulière

Historique

Le “ vieux château ” de Francheville-le-Bas , acquis par la commune en 2005, est un donjon médiéval ruiné aux deux tiers.

Construit vers 1200, il dépendait des archevêques de Lyon qui y maintenaient un châtelain. Renaud de Forez, archevêque de Lyon de 1193 à 1226, l’avait fait ériger à une date exacte toujours inconnue. Le mandement du château de Francheville s’étendait alors jusqu’à Oullins et Saint-Genis-Laval.

Vitrail de la cathédrale Saint Jean représentant Renaud de Forez. Ce vitrail fait partie d’une série de vitraux situés dans la nef derrière l’autel. Il est le premier à droite du vitrail médian.

Le traité de 1173 partage le territoire en deux comtés distincts, Lyonnais et Forez, dont la continuité territoriale est assurée par un remembrement des possessions de chacun. L’archevêque reste seul maître de Lyon et de la moitié orientale du comté, tandis que le comte de Forez s’établit à l’ouest des Monts du Lyonnais où le château de Montbrison devient le siège de son autorité. Vingt ans plus tard Renaud, l’un des fils du comte de Forez, devient archevêque de Lyon. Le château médiéval est le siège de l’autorité publique où s’exerce le ban, pouvoir d’ordonner, de contraindre et de punir.

Avec la fin de la guerre de Cent Ans, le rôle militaire du châtelain s’estompe et beaucoup de châtelains de l’époque moderne sont recrutés parmi les notaires. La légende veut que le château ait été démantelé par le cardinal Armand de Richelieu ; Il s’agit en fait d’Alphonse de Richelieu – cardinal de Lyon et frère d’Armand, ministre de Louis XIII-, qui est intervenu du fait de l’état du château. Une action en justice intentée par le chapitre contre l’archevêque à cause du délabrement des châteaux épiscopaux nous le décrit déjà dans un triste état en 1514 :

« Le château n’a pas de pont-levis et il faut entrer par une échelle. La bretèche de la porte a chu. Les murailles sont en mauvais état, la porte et la toiture du donjon sont pourries. La tour servant de prison et la chapelle sont en ruine. Le corps de logis est par terre depuis plusieurs années. La citerne du château n’est pas entretenue et se dégrade, comme d’ailleurs les murs du donjon du château ».

Vieux château-BML-Baron pf

Il semble cependant que l’histoire des murs du château ne soit pas totalement terminée; une plainte des riverains en 1884 est suivie d’une visite de l’architecte du département, puis d’une lettre du maire qui prend un arrêté le 24 mars de la même année enjoignant  «M. le Marquis de Ruolz de démolir ou de consolider les ruines». En février 1886 une “ grosse pierre ” se détache et roule sur la chaussée, amenant un réaménagement du talus de remblai et peut-être la démolition d’un mur intérieur. C’est la même année que fut inauguré le nouveau pont, reliant Francheville Haut et Bas, et « coupant » littéralement en deux le vieux château.

Vieux château-Restoy-(2010-01-30) pf

Photo J.-Ph. Restoy (Regards du ciel – 30 janvier 2010)

Enfin, au début  des années 1990 un renforcement du socle rocheux est effectué du côté de la route ; les plaintes des riverains ont finalement amené la Commune à prendre un premier arrêté de péril en février 2001.

Les ruines sécurisées du Vieux Château, 2004.

Un second arrêté de péril pris par la Commune en 2002 a permis, avec le soutien du Grand Lyon et du Conseil Général, de procéder à la consolidation du socle rocheux et des murailles subsistantes. Aujourd’hui, restent les ruines du mur est, la tour, et à peu près la moitié des murs sud et nord ; ces murs sont debout sur une hauteur intérieure de 6 à 8 mètres, dominant l’extérieur d’une dizaine de mètres à cause du socle rocheux.

Vieux château-vue de chez Felissent -(2004-05-06) pf

Une fenêtre est visible sur la tour sud est, au linteau coffré de planches de bois, à 3 ou 4 mètres du sol intérieur ; l’épaisseur du mur y est d’environ 2 mètres contre environ 1 mètre pour les murs rectilignes sud et nord. À l’intérieur, un reste de mur avec redan à hauteur de 2 mètres, plus fin, dans lequel apparaissent des trous de boulin qui n’ont pas de correspondance dans le mur d’enceinte. Une grande niche tapissée de briques est creusée dans le mur principal.

De l’Eglise de Lyon à la commune de Francheville

Renaud de Forez (1193-1226) fait construire le château.

1749 : Achat de la Seigneurie de Francheville par Charles Joseph de Ruolz (1708-1756), comprenant entre autre la ruine du vieux château qui reste propriété des Ruolz jusqu’en 1895.

1895-10-17 : Vente Ruolz Montchal / Reyre

[…] ont comparu Madame la Marquise Joséphine Sophie Béatrice de Labeau Bérard de Maclas veuve de Mr Pierre Camille Octave , marquis de Ruolz Montchal, propriétaire demeurant à Francheville (Rhône) laquelle vend à monsieur Ernest Antoine Reyre propriétaire maire de la commune de Francheville y demeurant : Un terrain avec rocher au dessus couronné par un vieux mur appelé les ruines du chater situé commune de Francheville le bas d’une superficie de sept cent quarante cinq mètres carrés

[…] Mr Reyre s’engage pour lui et tous ses ayant droit à perpétuité […] à ne pas détruire les murs surmontant le rocher ci-dessus désigné, ni à détruire le rocher lui-même, à ne point altérer et d’une façon quelconque l’aspect actuel des ruines, soit par des constructions, soit d’autres manières […].

1905 : Ernest Reyre fait un testament en faveur de Victor Antoine Marie Jenny Bellissen

1913 : Suite au décès de Ernest Antoine Justin Reyre, Marie Antoinette Marguerite Louvier épouse de Marie Joseph Antoine Auguste Carrel ou Carrel-Billiard est instituée légataire universelle …

1955-09-25 : décès de Victor Antoine Marie Jenny Bellissen, époux de Anne-Marie Vialatoux

1958-11-17 Vente Bellissen/Pascal.

Anne-Marie Vialatoux Vve Bellissen, Gaston Felissent et Marguerite Bellissen son épouse, Paule Bellissen  vendent à Roger Pascal et Madeleine Paré son épouse […] un tènement d’immeuble … « lieu-dit Le Chater » comprenant la ruine du vieux château consistant en un pan de muraille semi-circulaire assis sur un piédestal de rochers et une parcelle de terrain, close de palissade … ».

1962-01-03 Vente Pascal/Marjollet

Roger Pascal et Madeleine Paré son épouse vend à Marjollet Pierre et Jeanne Boulle son épouse « un tènement d’immeuble … « lieu-dit Le Chater » comprenant la ruine du vieux château consistant en un pan de muraille semi-circulaire assis sur un piedestal de rochers et une parcelle de terrain, close de palissade… ».

2005 : Vente Marjollet/ ville de Francheville.