Vue aérienne 2010

Le Chatelard et les Ruolz

(vue aérienne 2010 – Regards du ciel – Philippe Restoy)

Histoire du Chatelard

Situé presque au point culminant, Le Chatelard (de castrum,  château) domine Francheville. Une occupation préhistorique ou romaine du site, qui semblerait logique, est suggérée par de maigres indices. Les bâtiments visibles aujourd’hui semblent dater du XVIIème siècle pour les plus anciens. Les premières mentions, très brèves, apparaissent dans des documents de reconnaissance aux chanoines de Saint-Just, par Robert Chastel qui possède en 1507 un terrain situé « Au territoire du Chastelard ou du Molardie », et vers 1550 par Jacques Pascard possédant « la quarte partie d’un bois » au territoire du Chastellard.

Jean Bernou, bourgeois de Lyon, est le premier propriétaire documenté de façon continue, à partir de 1664. Il reçoit en 1683 de Mgr l’archevêque Goushard la permission de bâtir la chapelle du Chatelard qui existe encore de nos jours. La chapelle est bénie le 28 octobre 1683.

 10-05-Chatelard-chapelle-(2010-12-23)2La chapelle Bernou (extérieur) 

La chapelle Bernou (intérieur)
La chapelle Bernou (intérieur)

Jean Bernou était un personnage en vue de Francheville car il est cité comme important donateur lors de la bénédiction de l’église St Roch de Francheville le Haut le 20 Novembre 1689, à la suite de gros travaux d’extension. Il effectue de nombreuses acquisitions de terrains et son domaine atteint 16,5 hectares en 1690 (reconnaissance aux chanoines de Saint-Just faite devant le notaire Guérin le 3 janvier 1690).

La famille de Ruolz

Originaire de Serrières (Ardèche), la famille Ruolz vient s’établir à Lyon au début du XVIIIème siècle. Jean Pierre Marie de Ruolz, qui réunit à son nom celui de Montchal, ayant épousé Jeanne-Marie Sabot, petite fille de Jean Bernou, est à l’origine de son établissement au Chatelard. En août 1749, Charles-Joseph de Ruolz acquiert des chanoines de Lyon la seigneurie de Francheville. La « colonne de justice », malheureusement martelée sans doute pendant la révolution pourrait en être le symbole.

Colonne de justice au Chatelard
Colonne de justice au Chatelard

Les achats de terrains ou domaines (les Razes pour 18000 livres en 1752, château de Chaponost en 1782…) se poursuivent. La propriété du Chatelard va rester dans la famille jusqu’à son extinction au début du XXème siècle.

François-Xavier Marie de Ruolz sera maire de Francheville, de 1808 à 1829. Son fils Léopold (1805-1879) demande à son ami Antoine Marie Chenavard, architecte de l’opéra de Lyon, de modifier la façade qui domine Francheville et donne au bâtiment la superbe apparence visible à plusieurs kilomètres qu’elle a encore aujourd’hui.

Histoire récente

La famille de Ruolz s’éteint le 16 Janvier 1907 avec sa dernière représentante la Marquise de Ruolz‑Montchal, Joséphine de Labeau Bérard de Maclas, dont la tombe se trouve dans le caveau familial au cimetière de Francheville (on y trouve également le comte Hilaire de Chardonnet, Membre de l’Institut, inventeur de la soie artificielle, époux de Marie-Antoinette-Camille de Ruolz, mort en 1924).

La propriété est héritée par sa sœur Jeanne, veuve de Marie Alexandre de Miribel, puis par la petite-nièce de celle-ci, Marie Carmen de Miribel épouse de Mr. Victor Camille Seys, qui la revend le 28 avril 1917 à l’industriel François Ledin. Mme Suzanne Marie Josèphe Mathon, épouse de Pierre Camille Gaëtan Cabaud industriel demeurant aux USA l’achète en 1924. Elle meurt en juillet 1929 au cours d’une épidémie de typhoïde dans l’ouest lyonnais due à une pollution accidentelle du réseau de distribution d’eau potable. Dans l’impossibilité de gérer le domaine, Pierre Cabaud, père de 6 jeunes enfants, met le Chatelard en vente.

En octobre 1929 les Pères Jésuites, par l’intermédiaire du Comte de Poncins en deviennent exploitant, suite à l’adjudication par Vente aux Enchères à la société anonyme «La campagne lyonnaise» constituée pour les besoins de la cause. La Compagnie de Jésus n’était en effet plus reconnue juridiquement en France, suite à la loi de 1905 instituant la séparation des églises et de l’état. « La campagne lyonnaise » louait Le Chatelard à « l’Association Saint Régis » qui en assurait la gestion : entretien, rémunération des intervenants (jésuites ou laïcs) et du personnel. Le bâtiment étant destiné à des sessions de retraite ou de formation religieuse avec hébergement, des travaux importants ont dû être entrepris (adjonction d’un cloître, agrandissement de fenêtres, aménagement du toit).

En 1990, l’ « Association Saint Régis » devient l’ « Association Le Châtelard », et la « Campagne lyonnaise » propriétaire devient l’ « Association Les amis du Châtelard », avec la transformation d’une S.A en association régie par la loi de 1901 !!! On imagine les difficultés administratives qu’il a fallu résoudre pour transformer cette S.A en Association à but non lucratif. L’occupation annuelle du Chatelard a représenté 30 000 journées de participants en 2012.

Les guerres

Pendant la première guerre mondiale des blessés, dont certains d’origine serbe, ont été hébergés au Chatelard en juin 1917 : l’établissement était alors référencé sous le nom de HC58 (Hôpital civil 58), château de Ruolz (302 lits réservés aux Serbes) ouvert le 1/6/1917. Certaines cartes postales de l’époque comportaient même la légende « Réserve de Serbes » (sic).

Pendant la seconde, le père Ricard, directeur, a caché en 1943 Herman Labedz, un technicien juif de nationalité belge, lui évitant la déportation. Le père Ricard a reçu en 1993, à titre posthume, la « Médaille des Justes » décernée par le Yad Vashem de Jérusalem.

Façade du Chatelard (côté Sud-Est) en 2012
Façade du Chatelard (côté Sud-Est) en 2012

Les bâtiments et alentours (informations complémentaires)

Nous avons déjà parlé des aménagements suite à l’arrivée des jésuites. En 1970 et 1990 des extensions ont été réalisées côté Nord-Ouest (salle de réunion pouvant servir de chapelle quand celle du bâtiment principal est trop petite). A noter que l’entrée principale avec son perron (voir photo) n’est plus utilisée. A l’origine une avenue bordée d’arbres y conduisait depuis le bourg. Elle avait l’inconvénient d’être très pentue et a été remplacée par une autre, côté Nord-Ouest. Un lotissement, « Le clos de Francheville » a été construit sur sa partie inférieure.

L’escalier central (en calcaire à gryphées, très utilisé dans la région lyonnaise pour cet usage) a la particularité d’avoir des contre marches de 18 cm dans sa première volée, 15 cm dans la 2ème et 13 cm dans la 3ème. Est-ce parce qu’on se fatigue de plus en plus en montant ?

Le sous-sol comporte 3 belles caves voutées.

Cave voutée à usage de chapelle
Cave voutée à usage de chapelle

Un réseau de souterrains à usage de captage permettant de recueillir l’eau de la colline traverse la propriété en s’étendant sur au moins trois cents mètres, .

Le bâtiment de la ferme, utilisée pour cet usage jusqu’en 1978, héberge des groupes pour un prix modique.

La ferme du Chatelard
La ferme du Chatelard

Les Ruolz, artistes et ingénieurs

Louis Marie Hilaire Bernigaud , comte de Chardonnet, inventeur de la soie artificielle (1839-1924)

Né à Besançon il entre à Polytechnique en 1859 où il eût pour condisciple Sadi Carnot. Il fait un premier séjour à Lyon en 1865 où il rencontre Marie-Antoinette Camille, fille du baron François de Ruolz-Montchal, nièce de l’inventeur de la dorure galvanique Henri de Ruolz (que le jeune Hilaire admire depuis son enfance),  et de Léopold, sculpteur. Hilaire épouse Camille l’année suivante en l’église St-François-de- Sales à Lyon.

Avec la mort de son beau père et de son père, il devient héritier de leurs fortunes, d’un titre de noblesse, puisqu’en tant que fils aîné, il accède au titre de comte de Chardonnet.

 Un touche-à-tout de génie

A la fois chimiste, physicien et physiologiste, sa grande invention fut la soie artificielle. Les Anglais diront en 1914 de cette invention : « It is more than an invention, it is an absolute creation ». Ses premiers fils de soie sont obtenus en 1883. Toute sa vie durant, il améliora les procédés de fabrication et connut de nombreuses difficultés de mise au point qui le ruinèrent, même si le succès industriel fut enfin obtenu en 1900. Après la Grande Guerre, il devient membre de l’Académie des Sciences.

IMGP0568Les soyeux lyonnais s’intéressent très vite à cette soie artificielle, qui peut apporter une réponse à la crise du ver à soie (tissus de soie devenus trop chers). Malgré les critiques des opposants à son invention, Chardonnet obtient à l’exposition internationale et coloniale de Lyon en 1894 deux grands prix, celui du tissage et celui des produits chimiques. La soie artificielle a été ensuite appelée « rayonne », fibre obtenue à partir d’un procédé chimique différent, les premiers tissus étant très inflammables.

Il est enterré à Francheville dans le caveau familial des Ruolz.

 Anne de Chardonnet sculpteur et chimiste (1869-1926)

Fille d’Hilaire de Chardonnet (voir ci-dessus), elle est la petite nièce du sculpteur Léopold de Ruolz (voir ci-dessous).

Ne pouvant pas entrer à l’Ecole des Beaux-arts (interdite aux femmes jusqu’en 1897), elle fut formée par Mathurin Moreau (1822-1912) et Jules Franceschi (1825-1893).

Buste Chardonnet-musée de BesançonElle expose des groupes, des statues et des bustes au Salon des Artistes Français de 1911 à 1926. Entre autres statues, le buste de son père Hilaire de Chardonnet qu’elle a sculpté  (ci-contre) est toujours visible au Musée des Beaux-arts de Besançon..

 Mais elle avait bien d’autres talents. Elle avait fait de solides études de chimie, au point de déposer un brevet d’invention pour la récupération des vapeurs d’éther et d’alcool contenues dans l’air, procédé utilisé pour la fabrication de celluloïd ou de soies artificielles.

Léopold Marie Philippe de Ruolz, sculpteur (1805-1879)

 Né à Francheville, Léopold-Marie-Philippe de Ruolz, comte de Ruolz, grand oncle d’Anne (voir ci-dessus), était sculpteur et ami de Chenavard. Il épouse en 1829 Marie-Thérèse-Dauphin de Goursac, filleule de la duchesse d’Angoulême et du roi Louis XVIII.

05-02-HdV- Buste de Cicéron1-1Il fut nommé Professeur à l’école des Beaux-arts de Lyon en 1845. De 1836 à 1840 il eut pour élève Jean-Antoine Cubisole qui, en 1845, exécuta son portrait sur un médaillon d’ivoire.

Buste de Cicéron par Leopold de Ruolz (mairie de Francheville).

objet classé IN 23-02-1995

 Henri Catherine de Ruolz-Fontenay, musicien et chimiste (1808-1897)

 Henri de Ruolz musicien

1830 : Attendre et courir (opéra-comique en un acte composé en collaboration avec Halévy), 1835 : Lara (opéra), 1839 : La Vendetta (opéra), des chœurs, des cantates, un Requiem

 Henri de Ruolz-La Vendetta texteAlexandre Dumas raconte l’étonnante histoire d’un de ses amis dont il ne révèle le nom qu’à la toute fin: le vicomte Henri de Ruolz.  En révélant le nom de son ami, Dumas demande au lecteur de ne pas ébruiter qu’il a aussi écrit la partition de deux opéras respectivement joués à Naples (Lara en 1835) et à Paris (La vendetta, en 1839). Ci-contre le costume de Duprez,  l’un des protagonistes de la Vendetta.

« Dès l’enfance, celui-ci manifeste un double talent pour la musique et la chimie. A 12 ans, c’était un Beethoven en herbe et un Lavoisier en germe, écrit Dumas. Un jour, le jeune Henry décide de fondre ses soldats de plomb dans une coupe d’argent. Il découvre avec stupéfaction que l’argent filtre le plomb. »

 Il connaît le triomphe avec « Lara », mais apprend peu après qu’il est ruiné. « Être artiste sans fortune à Naples, c’est comme mourir de faim », écrit Dumas.

De retour à Paris, il compose un nouvel opéra, La Vendetta, créé à l’Opéra de Paris le 11 septembre 1839 où il y recueille de nombreuses et sévères critiques.  Dégoûté de la musique, il se consacre à la chimie.

 Henri de Ruolz chimiste

 De retour à Paris, il est contacté par un joaillier (qui connaissait ses expériences d’alchimiste), avec l’ambition de trouver le moyen de dorer de fines broches sans emploi du mercure qui tue trop d’ouvriers. Henri multiplie les expériences, mais il accumule les échecs. La dorure ne tient pas, une fois frottée ou polie. Il persévère et trouve enfin quelqu’un qui croit en lui. Les expériences se suivent et révèlent que tous les métaux peuvent être collés les uns sur les autres, sans mercure.

L’Académie des Sciences demande à Henry d’expliquer son secret, la confrérie des doreurs au mercure est aux aguets. En 1842, il reçoit finalement le prix de l’Académie pour sa découverte.

En 1840, les frères Elkington prirent un brevet le 27 septembre en Angleterre tandis que de Ruolz, qui ne les connaissait pas, en prenait un en France le 19 décembre. Le nom commun  de « ruolz » est encore utilisé aujourd’hui pour désigner l’alliage utilisé en orfèvrerie, composé de cuivre, de nickel et d’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>